Le truffier

Publié le par Eric Roux

La truffe est une pépite d'or comestible. L'homme friand de ce champignon à l'allure sans mine, utilise le cochon pourtant réputé sans goût (pauvre cochon, on a bien dû nous raconter des billevesées à ton propos...) pour le localiser à 15 cm sous la surface de la terre. Le cochon ou le chien. Le cochon aime les truffes (serait-ce un gourmet ?) et le chien aime faire plaisir. Le cochon aura donc tendance à croquer la main du truffier lorsque celui-ci cherchera à s'emparer du butin, tandis que le chien lui se contentera d'une petite récompense. La truffe, elle, est exclusive. Là ou elle loge, autour d'un arbre atteint de la maladie de la truffe (une maladie inoffensive qui n'est donc pas vraiment une maladie), rien ne pousse. On dit de l'or pur qu'il est mou. Mais la truffe est non seulement plus molle encore que l'or, mais elle fond dans la bouche, ce qui est certainement une raison à sa grande valeur. J'ai dernièrement rencontré Stéphane le truffier, de Montcuq, et il semblerait que ses chiens aient eu un effet positif sur lui. Lui-même a developpé un flair canin tant et si bien que l'année dernière il aurait gagné 14000 euros au tiercé. Il a de la truffe ce truffier.
Le chien et le cochon cavent. Ca veut dire creuser dans le langage des truffiers. En argot ça veut dire "tromper" au jeu. Heureusement que les cochons et les chiens ne jouent pas aux cartes, sinon on croirait caver des truffes et on se retrouverait avec des cailloux pendant que les animaux feraient bombance.
Mais quel est donc l'intérêt de ce petit pensum (texte ennuyeux) ?
Eh bien d'abord on peut toujours y apprendre quelque chose sur les truffes.
Et puis on peut en tirer une morale : la vie est un travail d'équipe. Le truffier et son chien. La truffe et son arbre. La truffe, l'arbre, le cochon, le chien, le truffier, le gourmet... quelle équipe ! Et ce n'est qu'un tout petit jeu.

Publié dans Découvertes

Commenter cet article

nymphéa :0040: 03/07/2007 22:23

et dieu dans tout ça?

Eric Roux 03/07/2007 23:51

Je ne sais pas... faut que j'y pense.