Miviludes contre gothiques

Publié le par Eric Roux

La Miviludes et ses amis m'étonneront toujours. J'avais occulté une question posée en juillet 2006 à l'Assemblée Nationale par l'un de ses plus fidèles amis, Eric Raoult, question qui dépasse l'étendue de mes pouvoirs de résistance au fou rire. Je vous donne la question :

Texte de la question : Monsieur Éric Raoult attire l’attention de Monsieur le ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille sur la nécessité de protéger les jeunes et les adolescents des méfaits du "gothique". En effet, la découverte, souvent sur internet, ou dans les cours d’école, de ce qui a pu être caractérisé à raison comme un "fatras romantico-satanique", est un mouvement très en vogue parmi les adolescents. Les adolescents peuvent apporter un soutien important à cette pratique, d’autant plus que les adultes ne le comprennent pas. Il conviendrait donc qu’une campagne de prévention puisse être menée rapidement pour souligner aux jeunes les risques de ce mouvement. Il lui demande donc son avis sur ce dossier.

Et voilà, les "gothiques" sont une secte. Voilà qui est tout à fait dans la mouvance de certains sites antisectes écrits par des catholiques d'un courant on ne peut plus étrange. Ces derniers avaient déjà déclaré que Harry Potter était une secte... Je pensais la Miviludes et le groupe d'étude sur les sectes un tout petit peu au dessus (ou en dessous) de cela, mais non, ils sont en plein dedans.

Heureusement, ma nièce a choisi la tectonik.

La réponse du ministre fut assez intelligente pour expliquer à Monsieur Raoult que la lutte contre les dangers d'internet pour les enfants (sites à caractère pornographique, etc.) était en train d'être traitée par des outils à destination des parents et une campagne de prévention, et ne traita pas l'absurdité de la question.


Encore une fois, la Miviludes oublie la dérive pour s'en prendre au mouvement, qui cette fois n'en est même pas un. Dérive quand tu nous tient !

Publié dans facéties

Commenter cet article