Objectif : 9 millions de Français sous traitement psy

Publié le par Eric Roux

Depuis plusieurs semaines déjà, les ondes radios et télévisuelles sont victimes d'une campagne massive de publicité sur la dépression. Il semble que la dépression soit devenue en l'espace de quelques années la maladie du siècle nouveau.

La campagne info-dépression est une initiative de l'INPES*
, organisme dépendant du Ministère de la Santé et budgeté par celui-ci. Alors la première question à se poser est : QUI finance cette campagne dont le coût est estimé à l'heure  actuelle à 7 millions d'euros ?
La réponse est on ne peut  plus simple : VOUS, moi, l'ensemble des contribuables français.
Donc, pour le bienfaiteur que vous êtes, je vais tenter de donner plus d'information sur cette initiative qui prend les couleurs (et seulement les couleurs) de l'utilité publique.

Info-dépression vous propose un livret "pour se sortir de la dépression", dans lequel, après avoir appris que 3 millions de Français avaient souffert de dépression dans l'année précédente, vous découvrez que d'après une enquête de l'INSEP, 9 millions de Français vont en souffrir au moins une fois dans leur vie
(enquête qui n'apparait nulle part...). Ce qui vous donne presque une chance sur cinq d'être concerné.
Les solutions recommandées vous orientent toutes vers la consultation psychiatrique. La question se pose alors de savoir quel est l'objectif principal de cette campagne qui vous coûte si cher. Le livret si gentiment proposé contient un long plaidoyer pour l'usage de la médication favorite du monde psychiatrique, l'antidépresseur. 

Cette campagne s'inscrit aujourd'hui dans un plan d'action qui semble vouloir infiltrer les instances gouvernementales. N'était-ce pas Mme Versini, actuelle "Défenseure de Enfants", qui présentait dernièrement au Chef de l'Etat une proposition d'actions visant à renforcer les interventions psychiatriques chez les enfants et les adolescents. Y aurait-il une coincidence avec le fait que cette même Madame Versini a longtemps été la Directrice de Communication Internationale de Servier, numéro un des laboratoires pharmaceutiques français ?

Alors que la France est le premier consommateur européen de psychotropes psychiatriques (dont les antidépresseurs constituent la majeure partie), elle semble vouloir augmenter la consommation de ces substances licites pour l'étendre à toute personne qui de près ou de loin pourrait présenter des symptômes dépressifs. Pourtant de nombreux autres pays en sont revenus.

Les Etats-unis, après avoir découvert que les différents tueurs en série qui ont défrayé la chronique ces dernières années (Jeff Weise à Red Lake, Eric Harris à Columbine, Kip Kinkel à Springfield, etc.) étaient tous sous un traitement psychiatrique à base d'antidépresseurs, ont finalement cédé à la pression des associations d'aide aux victimes. Depuis 2004, la FDA (Food and Drug Administration) a imposé des règles strictes aux laboratoires pharmaceutiques qui sont aujourd'hui obligés de marquer la vérité sur leurs emballages d'antidépresseurs. Cette vérité la voilà : les antidépresseurs sont à la source de symptomes tels que insomnie, irritabilité, hostilité, anxiété, agitation, attaques de panique, hallucinations, impulsions suicidaires...

De nombreux cas de suicide tant chez les adolescents que chez les adultes ont été attribués à juste titre aux prises d'antidépresseurs. Il y a quelques jours, la presse Canadienne relatait le suicide par pendaison d'une sexagénaire soignée pour "dépression" dans une clinique psychiatrique, suite à une prise quotidienne d'antidépresseurs. En mai, la presse française relatait le cas de deux adolescentes ajacciennes qui se défenestraient volontairement. Comme de juste, au moins l'une d'entre elle était sous traitement psychiatrique, et s'était vue prescrire des antidépresseurs depuis plusieurs mois. Les cas recensés sont légions.
La séquence est toujours la même. Diagnostic un peu tiré par les cheveux, "Si par malheur je me réveille la nuit, j’ai mon petit moteur qui se met en route, je n’arrête plus de penser et je n’arrive plus à me rendormir" (extrait du livret d'info-dépression), prescription d'antidépresseurs, et c'est ensuite que les ennuis commencent : comportements extrêmes, voire meurtres et suicides.

Déjà en 2003 le gouvernement britannique avait lui-même interdit la prescription d'antidépresseurs aux adolescents de moins de 18 ans. Tandis que le Japon, le Canada, l'Australie suivaient la même route, la France, elle, voyait en 2004 cent-vingt mille prescriptions d'antidépresseurs destinées à des enfants.

Pourtant en 1996, le Ministère de la Santé avait confié au Docteur Zarifan la direction d'un rapport sur la surconsommation alarmante de psychotropes médicaux en France. Dans son rapport, cet éminent psychiatre avait attiré l'attention sur les collusions existant entre l'industrie pharmaceutique et le milieu psychiatrique. Congrès, formation des médecins, avantages en nature, tout était bon pour offrir aux médecins psychiatres et à l'industrie pharmaceutique un partenariat fructueux. Aujourd'hui, de nombreux professionnels de la santé s'insurgent contre les effets néfastes de cette campagne destinée à enrichir le milieu psychiatrique et l'industrie pharmaceutique au détriment des victimes de cet engrenage médicamenteux.
Jean Robert Rabanel, Président du Cercle Psychanalytique du Centre, déclarait il y a quelques jours : "Affirmer tout de go que la dépression est une maladie n'est pas scientifiquement recevable". Ce qui d'ailleurs semble être confirmé par le livret d'info-dépression dont les auteurs (psychiatres) n'hésitent pas à écrire : "La dépression résulte d'un ensemble de mécanismes de diverses natures, encore imparfaitement connus". Les effets dévastateurs des anti-dépresseurs sont eux parfaitement connus et ne semblent pas pour autant inquiéter ces mêmes auteurs.

Face à cette campagne de marketing, qui bien que financée par les contribuables va servir à enrichir le déjà bien portant lobby pharmaceutique, nous semblons être bien peu de choses. Les cibles d'un objectif évident : Neuf millions de français sous traitement psychiatrique. Une menace qui va bien plus loin que les malheureux effets qu'elle aura sur les caisses de la  Sécurité Sociale...

*Institut national de prévention et d'éducation pour la santé


Voir l'article sur Naturavox, avec les commentaires
anti_bug_fc ?

Publié dans société

Commenter cet article

Frédéric Grossmann 02/02/2008 11:05

Bravo Eric pour ce que tu fais. Ton blog est excellent, tes articles incisifs et précis, tes chansons belles et stimulantes.
Que dire de plus ? Continue.

janebella 17/01/2008 12:44

bonjour Eric, je souscris à 100% à tout ceci, je vais même plus loin: pour moi l'antidépresseur est une camisole chimique pour obliger les gens à avaler des couleuvres économiques et idéologiques au boulot. Moi, qui suis une militante de l'amour, je constate avec effarement que les antidépresseurs sont entrain de faire des ravages dans les lits...car tu ne parles pas de cet aspect mais moi je le connais bien; l'antidépresseur, et aucun médecin de veut le reconnaitre, est un médicament castrateur pour les hommes comme pour les femmes ; il réduit de moitié la libido voire totalement et et il rend indifférent aux sentiments. Merci pour ce texte en tout cas j'espère qu'il est beaucoup lu. Bonne journée.ps :penses tu que je puisse faire partie à ma manière de ta commaunauté ?