Le procès d'Yvan Colonna : donnez-leur donc un os !

Publié le par Eric Roux

Je ne suis pas militant nationaliste corse. D'ailleurs, je ne fais pas de politique. J'ai un profond mépris pour les actes terroristes quels que soient leurs justifications. Je ne reconnais pas à l'homme le droit de tuer son prochain pour quelque motif que ce soit.

Et pourtant...

Si j'aime la Corse, j'aime aussi la France. Et si je sais la culture corse forte et de valeur, je ne me sens pas concerné par des revendications identitaires qui excluent d'autres cultures au profit d'un enfermement.

Et pourtant...

Je comprends que l'assassinat d'un homme est chose grave et injustifiable. Je comprends que l'assassinat d'un préfet doit être implacablement puni afin de décourager toute velleïté de récidive.

Et pourtant...

Et pourtant si j'étais hier au Palais de justice de Paris, ce n'était pas pour exprimer mon indignation.

Yvan, les autres et moi sommes du même village. J'étais là pour soutenir un ami que je crois innocent. Peu importe nos divergences, nos opinions, nos choix.

J'étais là parce que même après toutes ces années passées loin de mon village qui me voit une fois l'an, en coup de vent, je considère qu'Yvan faisait partie des gens à qui je pouvais demander un service, des gens sur qui je pouvais compter.

Et je ne suis pas du genre à penser cela de tout le monde.

Il y a des gens qui respectent la vie au delà des différences, je pense qu'Yvan fait partie de ces gens-là.

Il y a des gens qui accordent à l'autre son droit à la différence, son droit à ses propres opinions. J'ai vu Yvan faire partie de ces gens-là.

Et l'expérience m'a appris que ce ne sont pas eux, les criminels.

Il y a des gens qui savent aider réellement et le font, et Yvan fait partie de ces gens-là. Et encore une fois, l'expérience nous apprend que les criminels n'aident pas, même lorsqu'ils font semblant.

Alors,  je ne tenterai pas de faire croire que je n'ai pas douté. D'abord, je n'étais pas sur place. Ensuite, je n'ai pas accès au dossier. Difficile, voire impossible de se substituer à la justice dans ces conditions.
Et des années d'éloignement peuvent vous faire douter. Les gens changent. On croit connaître...

Mais la vérité, c'est que la vie m'a appris à ne pas faire confiance aux journalistes. Et la seule "vérité" qui arrive aux oreilles et aux yeux de celui qui n'est pas là pour voir, c'est une réalité tronquée et altérée par la presse.

Aujourd'hui, je m'octroyais une petite revue de presse sur la seconde journée du procès. Mais cette fois, j'avais assisté en direct à l'audience.

La presse...

Dans tel journal, Colonna est serein, dans l'autre, il manque de sérénité ; ici, il est bravache, là, il est ironique. En fait de présomption d'innocence, toute la presse dégoulinait de suspicion de culpabilité. Voire d'affirmation (tacite ou exprimée) de culpabilité. Le moindre geste d'Yvan le désignait comme le coupable. Parfois à mi-mots, certes.

La vérité est différente. En tout cas celle que j'ai vue.

L'audience s'est bien déroulée. Un Président courtois. Des témoins qui ont parlé avec sincérité et émotion du prévenu. Un prévenu qui a communiqué franchement, sans faux-fuyants, avec des réponses sensées, et qui a terminé l'audience en remerciant ses amis de leurs témoignages d'amitié, mais en insistant sur le fait que même s'il avait été le type le plus détestable de la Terre, ce qui importait, c'était de déterminer factuellement s'il était véritablement l'assassin. Ce qu'il a nié depuis le début. Et ce dont personne n'a apporté la moindre preuve.

Et non seulement il n'y avait aucune ironie dans ses propos, mais en plus il avait raison.

J'ai lu qu'il avait "ironiquement" demandé à un avocat de la partie civile qui le questionnait s'il "se rendait compte de l'absurdité de sa question ?". Mais lorsqu'on vous demande ce que vous pensez "d'une lettre anonyme qui vous accuse du meurtre" dans un procès dans lequel se joue la réclusion à perpétuité, il y a de quoi s'interroger.

Moi, je suis venu parce que aussi loin que je serai, je n'ai pas décidé d'oublier mon village et ceux qui y vivent. Je suis venu parce que j'ai choisi depuis longtemps de croire ce que je vois, et de ne pas croire les journalistes.

Lorsque je suis venu, et qu'après 8 ans, Yvan m'a salué de son boxe d'accusé, j'ai vu le salut d'un homme innocent. Que je me trompe, que la justice en décide autrement. Soit. Mais en attendant, qu'on me prouve le contraire, et surtout qu'on ne viole pas le principe fondamental de la présomption d'innocence.

Et je ne parle pas de la justice (quoique quatre ans pour instruire cette affaire me semble
être, à tort peut-être, une preuve d'incompétence) qui lors de l'audience m'a paru saine, mais de la presse, qui toujours croit que seul ce qui salit est source de profit.

Mon grand-père (aujourd'hui parti pour d'autres aventures) avait pleuré le jour de la mort de Monsieur Erignac. Il avait encore pleuré le jour de l'arrestation d'Yvan Colonna. Leurs positions politiques étaient totalement divergentes. Et pourtant, il m'avait confié qu'à chaque fois qu'il parlait avec Yvan, il était heureux de pouvoir exprimer sa vision de la sagesse à un homme qui savait écouter, respecter et accepter que d'autres pensent différemment.

En Corse, il y a des nationalistes qui défendent un point de vue identitaire qui plait ou ne plait pas. En Corse, il y a quelques criminels. Les deux ne s'amalgament pas. L'amalgame, arme favorite de la presse, ne connait pas la raison.

La raison différencie.

Bien souvent, les nationalistes ne font que défendre et révéler une culture, une langue, une identité qui existe de fait.

Que certains soient des criminels ne doit pas nous faire oublier que certains catholiques sont des criminels, que certains socialistes sont des criminels, que certains athés sont des criminels, que certains musulmans sont des criminels... Et surtout que la majorité des gens n'en sont pas, quelles que soient leurs convictions politiques, religieuses ou autres.

Et c'est ma conception de la présomption d'innocence.

Hier, je suis venu pour soutenir mon village, et j'en suis heureux. Je n'ai pas d'à priori. Je n'ai pas peur de découvrir un criminel sur ma route. Cela ne s'est pas produit.

Hier, par téléphone on m'informait que des jounalistes sillonnaient les rues de mon village, en quête de "micro-trottoirs" à sensation. Donnez-leur donc un os !


A Yvan et mes amis de Cargèse

 

Publié dans société

Commenter cet article

guerin 13/12/2007 15:07

bonjour pour moi mr colonna est innocent cela est une belle bavure et le vrais coupable devrait se denoncé mes peut etre que cela arange de mettre cela sur le dos de mr colonna .un jour la veritée sera mes svp pas dans 5O ou 90ans une bretonne courage mr colonna

philippe carrese, auteur realisateur 17/11/2007 09:49

Pas vraiment un commentaire, juste pour dire que cet article sur Yvan Colona est remarquable, d'une justesse revigorante. Chapeau. Continuons le combat contre le formatage de l'opinion et l'equarissage de la pensee.

Eric Roux 17/11/2007 20:44

Merci Monsieur Carrese, c'est beaucoup d'honneur pour moi de recevoir votre commentaire.

Jean 17/11/2007 01:10

Je suis venu ici à partir de votre message Rue89.

Je suis étonné que vous mettiez systématiquement en cause la presse. Certains journaux come Le Monde sont plutôt modérés, non ?

Eric Roux 17/11/2007 20:41

Cher Monsieur, comme vous l'avez compris, je ne suis pas un fana de la presse. J'ai eu souvent à faire à des journalistes directement ou indirectement et jamais je n'ai vu les faits desquels j'ai été témoins relayés correctement. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de journalistes honnêtes, mais il me semble qu'il existe un engrenage journalistique qui ne permet pas à un journaliste de conserver son intégrité longtemps. Il pourrait être intéressant de faire évoluer cela, mais peut-être faudra-t-il redéfinir jusqu'aux fondements de l'activité journalistique... C'est mon point de vue.

andre djemad 17/11/2007 00:54

Il fallait que cela soit dit. Merci.Aujourd'hui je pense à ton ami Yvan , ton village et à la vérité.
André

Eric Roux 17/11/2007 20:45

Merci André, toujours à mes cotés...

phil 16/11/2007 16:43

Sincère voire poignant par instant sans haine ni sans crainte. bravo.Avez vous raison? Mais qui donc a tué?

Eric Roux 17/11/2007 00:11

Je ne connais pas la réponse. Et merci de votre commentaire.