Toc Toque, Monsieur le Procureur...

Publié le par Eric Roux

Arrivé à la régie du Tribunal de Grande Instance de Paris, ne me dit-on pas :
- Bonjour, quel est votre numéro de Toc ?
- De quoi ? répondis-je effaré. Un TOC, tout le monde sait que c'est un Trouble Obsessionnel Compulsif, et chacun a son numéro dans la bible des psychiatres... J'ai été repéré ou quoi ? 
- Vous n'êtes pas avocat ? précise-t-on ?
Ah, je comprends mieux, seuls les avocats doivent décliner leur TOCs avant d'entrer. Mais les avocats sont-ils obligés d'être fous pour être avocat ? Etrange.
Heureusement, une jeune avocate m'apprend que ce n'est pas "toc" mais "toque", le numéro. Chaque avocat à un numéro de "toque" qui représente son casier à l'intérieur du tribunal. L'endroit où il reçoit ses courriers. Car avant, les avocats avaient une toque qu'ils rangeaient dans ce casier. Mais alors, les avocats étaient toqués ? On n'en sort pas. D'ailleurs, il va être difficile de prouver qu'ils ont changé, Monsieur le Procureur. Mais quand donc les psychologues et autres coupeur de cerveaux en quatre nous laisseront-ils tranquille ?
Moi, s'ils lisent mon blog, ils vont surement se rendre compte que je souffre d'hypéractivité paranoïaque à tendance bipolaire... "Bipolaire", c'est en référence à la maladie qui affecte les ours polaires lorsqu'ils font trop souvent le voyage pôle nord/pôle sud.

Publié dans facéties

Commenter cet article